Est-ce que le TDAH est une maladie mentale ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hypersensibilité est une maladie complexe. En fait le TDAH n’est pas à proprement parler une maladie, car ses causes et son traitement ne peuvent faire l’objet d’analyse objective.

En effet, la qualification de ce trouble a changé d’appellation sur plusieurs périodes. Cette maladie était qualifiée du syndrome de l’enfant hyperactif (1968) pour devenir le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hypersensibilité (1980).

Cette maladie a connu plusieurs dénominations avant d’avoir la dénomination que nous lui connaissons aujourd’hui. Alors, peut-on dire que le TDAH est une maladie mentale ?

Est-ce que le TDAH est une maladie mentale ?

Le TDAH, une maladie « fantôme » aux causes imprécises et symptômes variés

Assimiler le TDAH à une maladie serait un peu exagéré. En fait, une maladie au sens strict du terme se caractérise principalement par son traitement. Eu égard de l’inexistence d’un traitement adéquat du TDAH, il ne peut valablement être assimilé au rang de maladie.

Ses causes ne sont pas clairement définies. On estime que ces troubles sont dus en partie aux malformations neurologiques intervenues depuis le stade embryonnaire de l’individu.

Aussi, l’exposition des femmes enceintes à certaines substances telles que l’alcool, les pesticides et la drogue peuvent constituer des facteurs principaux pour leur bébé.

Enfin, même le manque d’oxygène à la naissance peut constituer un facteur pour le nouveau-né.

Ses principaux symptômes sont au nombre de trois : inattention, hyperactivité et impulsivité.

Le TDAH est un trouble du neuro-développement. Il est aussi qualifié de trouble neuro-comportemental. Les individus exposés sont en majorité les enfants ayant subi les effets des causes précitées. Il peut aussi s’agir des personnes ayant reçu des violents coups à la tête ou des prématurés.

Le TDAH apparaît aussi comme un trouble aux risques indéterminés. Compte tenu des nombreuses situations assimilables à ce trouble, il ne peut être déterminé avec certitude la portée des risques liés à ce trouble.

Les conséquences de cette maladie mentale

Les individus atteints sont exposés à un déficit mental. Leur esprit souvent faible peut les conduire à succomber à une dépendance à l’alcool ou de stupéfiants. En d’autres termes, les individus atteints sont souvent excités par la prise des stupéfiants ou de l’alcool. Toutefois, cet argument reste loin d’être unanime.

Les moyens de contrôle et de prévention des risques du TDAH

Compte tenu du caractère incertain de la guérison, il n’existe que des moyens de contrôle ou de limitation des risques. Ainsi, parmi les quelques médicaments limitatifs de risques, on peut citer : le Concerta®, le Quasym® et la Ritaline® ayant tous pour principe actif le méthylphénidate.

Les mesures pratiques de prévention quant à elles ne concernent en réalité qu’un bon suivi et une bonne assistance aux personnes atteintes de ce trouble.

En somme, lorsqu’un individu est atteint de TDAH, le mieux c’est de ne pas totalement le considérer comme un malade mental. Bien que relevant du statut de trouble neurologique, les malades ont de la chance de retrouver une stabilité mentale propice à un bon bilan de santé.

En continuant dans les recherches, les scientifiques, psychologues et psychiatres se déploient au quotidien dans des laboratoires, des établissements de réhabilitation des victimes et dans les hôpitaux pour œuvrer contre ce fléau.


Lisez aussi:

Concentration: comment apprendre à mieux se concentrer ?

Hyperactivité intellectuelle et cérébrale: attention à la dépression