Hyperactivité intellectuelle et cérébrale: attention à la dépression

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Qu’il soit observé chez l’enfant ou chez l’adulte, l’hyperactivité est un état souvent apprécié au regard de la forte productivité qu’elle entraîne.

Cependant, aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte, l’hyperactivité s’accompagne de désordre. Une fois adulte, cela peut être handicapant et entraîner le sujet dans une spirale dépressive.

Dans cet article, vous comprendrez comment une hyperactivité cérébrale et intellectuelle peut cacher une dépression profonde.

Hyperactivité intellectuelle et cérébrale: attention à la dépression

Qu’est-ce que l’hyperactivité ?

Le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), communément appelé hyperactivité cérébrale et intellectuelle est un désordre neurologique dont les symptômes sont des difficultés d’attention, une impulsivité verbale et motrice, le tout associé à une grande créativité.

D’abord manifeste chez l’enfant, ce trouble paraît se résorber à l’âge adulte, ce qui est plutôt faux. En réalité, en grandissant et en se confrontant aux exigences et codes de conduite de la vie d’adulte, l’enfant hyperactif a tendance à refréner ses pulsions afin de paraître plus ordonné. Étant donné que la configuration cérébrale de l’individu est génétiquement définie, elle demeure même à l’âge adulte.

Comment se manifeste ce trouble chez l’adulte ?

En observant, il est aisé de remarquer chez les adultes hyperactifs un bouillonnement interne qui se traduit souvent par des difficultés à rester statique longtemps et une agitation dans les membres.

Ils sont également très volubiles, ayant de nombreuses idées qui se bousculent dans leurs têtes et qu’ils ont envie de partager immédiatement quand ils parlent. Le résultat est qu’ils mènent des conversations décousues.

Outre la logorrhée, ce trouble se manifeste également par le foisonnement d’idées ou de projets qu’ils embrassent simultanément. Associé à la désorganisation évidente qui caractérise les personnes hyperactives, ce désir de faire tout simultanément entraîne bien souvent de la frustration chez les hyperactifs. L’hyperactivité cérébrale est également une cause de difficultés à s’endormir.

Quel lien y a-t-il entre hyperactivité cérébrale et dépression ?

La dépression s’entend d’un trouble de l’humeur dont le symptôme majeur est une perte de toute vitalité physique et psychique. Les personnes souffrant de dépression entrent dans un état de léthargie psychique et émotionnelle.

En apparence, cet état semble contraire à un état d’hyperactivité cérébrale. Pourtant, il est totalement possible à l’hyperactif de tomber ponctuellement ou de façon périodique dans un état dépressif.

Déjà, l’hyperactivité s’accompagne fréquemment de changements d’humeur. Ainsi, les personnes hyperactives alternent hyper positivité et grande productivité avec une atonie imprévisible.

À long terme, ces sautes d’humeur ont pour effet d’entraîner un épuisement physique et surtout psychique. Lorsque le corps et l’esprit sont épuisés, la dépression s’installe.

En sus, de récentes études conduites par des spécialistes de l’Université de Los-Angeles ont permis de démontrer que les cerveaux hyperactifs sont naturellement enclins à une profonde dépression, cela en raison de leur fonctionnement intrinsèque.

Ainsi, il a été révélé que le cerveau hyperactif est en mesure d’assurer les connexions entre les différentes zones.

Seulement, une fois les connexions établies, les cerveaux hyperactifs ne sont plus à même de les désynchroniser une fois la situation rétablie. Pire, ils ne sont plus en mesure de répondre aux stimuli extérieurs.

L’une des zones les plus concernées par ses dérèglements neuronaux est le cortex préfrontal qui est fortement impliqué dans la régulation des états dépressifs.

Si à la lecture de cet article vous pensez être un hyperactif ou dépressif, il est recommandé de vous adresser à un spécialiste notamment, un psychothérapeute.


Lisez aussi:

Est-ce que le TDAH est une maladie mentale ?

La méditation: solution pour se recentrer sur soi même